Quel impact a eu le RGPD sur les notifications mobiles et la géolocalisation ?

23 mai 2019

Newsletter

Un an après la mise en place du RGPD en Europe, Airship a lancé une étude pour connaître l’état des autorisations pour les applications mobiles. Découvrez les résultats, concernant les notifications mobiles et la géolocalisation.

Le RGPD, ou Règlement Général sur la Protection des données, a été mis en application le 25 mai 2018 par l’Union Européenne. Près d’un an après, ses effets restent méconnus. La société spécialisée dans l’engagement client Airship a réalisé une étude comparative mondiale sur 700 millions d’utilisateurs de smartphone.

>> Lire notre article Ce qu’il faut savoir sur le RGPD

Le but étant de savoir comment ils gèrent les autorisations des applications mobiles, ces fameux opt-ins, en particulier pour les notifications mobiles et la géolocalisation.

35 notifications mobile reçues en moyenne par mois

Contrairement à l’emailing qui semble avoir souffert de la réglementation RGPD, la notification mobile se porte très bien : son audience a augmenté de 16,6% en un an au niveau mondial.

opt-ins notifications mobile

Image : Airship via Business Wire

En Europe, le nombre d’utilisateurs d’applications mobile a augmenté de près de 22% en 1 an. 64,9% autorisent l’envoi de notifications push en 2019, ce qui représente une très légère chute (0,5%) par rapport à 2018. En somme, la RGPD n’a pas eu d’effet très important sur les apps mobile, dont l’audience ne cesse de croître.

Ce sont d’ailleurs 35 notifications push qui sont reçues chaque jour par ces utilisateurs, soit 15,5% de plus en un an. Plus d’utilisateurs, plus de notifications, un taux d’autorisation stable : il semblerait que la notification mobile soit la gagnante de cette loi européenne.

Baisse de 1,6% des autorisations de géolocalisation mobile

A l’inverse, les données de géolocalisation sont les grandes perdantes de la mise en place du RGPD. Autorisée à 9,3% en 2018 dans le monde, la géolocalisation du téléphone n’est plus acceptée que par 7,7% des utilisateurs mobiles en 2019.

tableaux de résultats d'étude taux d'opt-in géolocalisation mobile, par région et par secteur

Image : Airship via Business Wire

Quand on se concentre sur l’Europe de l’Ouest, soit la France, l’Allemagne, la Belgique, la Suisse et d’autres, on tombe à 2,1% d’opt-in, soit une baisse de près de 62% ! En Europe du Nord (Royaume-Uni, Scandinavie, Pays-Bas…) c’est très légèrement mieux avec 4,4% d’opt-in. L’Europe du Sud (Italie, Espagne, Portugal, Grèce…) est quant à elle proche de la moyenne mondiale avec 7,4%.

Le deuxième tableau à droite montre les taux d’opt-in par secteur, pour les 5 premiers, ce qui montre que tous ne sont pas impactés de la même façon. Le commerce de détail (et l’e-commerce) garde le taux le plus élevé avec 21,1%, malgré une chute de 12,8%. Les applications liées au divertissement et à l’alimentation/boissons ont elles augmenté leur taux d’autorisation. Ces disparités peuvent autant venir de la méfiance des utilisateurs que de la pertinence de l’utilisation de ces informations.

opt-in géolocalisation en fonction de l'os mobile (iOs ou Android)

Image : Airship via Business Wire

Enfin, le site présente une comparaison des taux d’opt-in par système d’exploitation mobile : iOS et Android. Les deux OS n’ont pas la même façon de gérer ce paramètre, puisqu’iOS propose d’activer la géolocalisation seulement quand l’application est active (en avant-plan, pas arrière plan comme le signale le tableau), option que ne proposera Android que pour sa prochaine version.

Les utilisateurs Android interdisent de plus en plus la géolocalisation à des applications, pour près de 50%, correspondant à une augmentation de 36%. Cependant Android a toujours 45% de taux d’opt-in, contre 41,1% pour iOS (incluant l’avant-plan). Sur iOS, 45% des utilisateurs ne sont jamais invités à activer la géolocalisation, ce qui représente une augmentation de 14% par rapport à 2018. Enfin, seulement 4,3% (Android) et 2,5% (iOS) désactivent intégralement la géolocalisation.

 

Les réglementations comme la RGPD et la prise de conscience mondiale de l’utilisation des données personnelles poussent les utilisateurs de téléphone à être plus prudents sur ce qu’ils acceptent de partager. Il faudra pour ceux qui ont une application mobile, ou comptent en créer une, être plus précautionneux sur la façon de proposer l’opt-in et de montrer l’utilité de l’accepter.  Les notifications push sont cela dit plus que jamais un excellent outil marketing pour atteindre vos clients, notamment pour améliorer l’engagement et la fidélité.

Source : MarketingLand – Greg Sterling