Mise à jour majeure de l’algorithme de Google : Ce que vous devez savoir pour votre SEO

La dernière mise à jour majeure de l'algorithme de recherche de Google a grandement impacté les résultats de recherche et le trafic des sites. Neil Pattel, spécialiste SEO et éditeur d'outils en ligne a réalisé une étude pour mieux comprendre cette update et les solutions à apporter.

Le 4 mai dernier, Google a lancé la mise à jour majeure de son algorithme de recherche, une « core update » en anglais. Core ou majeure parce que l’algorithme a grandement changé, ce qui impacte considérablement beaucoup de sites référencés.

SEMrush a publié un tableau de suivi de la « volatility », ou l’instabilité des résultats de recherche. Le SEMrush Sensor suit tous les jours les modifications de résultats de recherche choisis par l’algorithme, ce qui permet de déceler des mises à jour importantes. En bleu et en vert, cela montre peu de changement, à partir de jaune et rouge, l’outil remonte d’importantes fluctuations dans les résultats de recherche.

volatilité des serp google mai 2020

Pensez donc à consulter votre postionnement pour voir si vous avez été impacté par cette mise à jour, sur des outils payants comme SEMRush ou Yooda, et gratuits (mais limités) comme Ubersuggest ou SEO Hero Ninja. Il faut aussi regarder sur Google Analytics si votre trafic à évolué.

Si votre trafic organique (trafic issu du référencement naturel) a chuté, ne paniquez pas ! Voici ce que vous devez savoir sur cette mise à jour et ce que vous pouvez faire pour vous en sortir.

1- Qui est impacté ?

Les principales industries touchées sont les suivantes :

  • Voyage
  • Immobilier
  • Santé
  • Animaux
  • Société
tableau Volatilité des résultats de recherche par industrie – Source : SEMrush

Volatilité des résultats de recherche par industrie – Source : SEMrush

Ce sont en tout cas les secteurs d’activités qui ont vu les plus gros changements de positionnement, il faut garder en tête que pour certains secteurs comme le voyage, le coronavirus et les changements de comportements liés y ont grandement participé.

Le référencement local a également été grandement atteint, pour les mêmes raisons probablement puisque tous les commerces, bars et restaurants étaient fermés.

Par contre, les sites avec une autorité et un score de domaine important ont aussi été touchés par cette mise à jour : Neil Pattel d’Ubersuggest présente les principaux sites ayant vu leur référencement chuter : Spotify.com, Linkedin.com, Legoland.com… L’algorithme n’a donc épargné personne, peu importe l’importance du domaine.

Le même Neil Patel a analysé les sites trackés sur son outil Ubersuggest pour en tirer des tendances, et il semblerait que le changement ait porté l’intérêt du contenu au-dessus des autres facteurs de référencement. Voici à priori ce que privilégie Google dans cet algorithme et ce que vous pouvez suivre pour améliorer vos chances d’être bien positionné.

2- Du contenu régulièrement mis à jour

Sur tous les sites étudiés, 641 mettent à jour leur contenu tous les jours. C’est-à-dire qu’ils repassent quotidiennement sur d’anciens articles pour ajouter de nouvelles informations, mettre à jour les données, ajouter des images… Sur ces sites, seulement 5,92% ont vu leur trafic baisser de 10% et plus, 187 ont même vu leur trafic augmenter de 10%.

graphique Impact sur le trafic des sites ayant mis à jour leur contenu – Source : Ubersuggest

Impact sur le trafic des sites ayant mis à jour leur contenu – Source : Ubersuggest

Vous devez donc faire le maximum pour mettre à jour vos vieux articles pour qu’ils restent toujours pertinents et plus intéressants que ceux de vos concurrents. Il n’y a pas de méthode secrète pour ça, mais vous pouvez suivre ces quelques bonnes pratiques :

  1. Si le contenu n’est plus du tout pertinent, vous pouvez le mettre à jour ou supprimer l’article et créer une redirection 301 vers un article plus pertinent sur la même thématique.
  2. Vérifiez que l’article ne couvre pas le même sujet qu’un autre plus récent sur votre site, dans ce cas il faudra créer aussi une redirection.
  3. Ajoutez du contenu plus pratique, comme une infographie, des instructions étape par étape, voire une vidéo.
  4. Modifiez ou supprimez les liens morts, qui sont mauvais pour l’expérience utilisateur et votre SEO.
  5. Cherchez les pages actuellement positionnées en première page pour les mêmes mots clés, inspirez-vous de ce qu’ils font de mieux que vous.
  6. Clarifiez le contenu en enlevant les passages trop lourds ou trop complexes.
  7. Si l’article est toujours pertinent mais utilise beaucoup de mentions de date (une année, un mois…), enlevez-le pour le rendre « evergreen ».
  8. De préférence orientez votre article pour répondre à une problématique.

Pour en savoir plus, consultez notre article sur les conséquences de l’arrêt des mises à jour de pages et celui sur le recyclage d’articles :

3- Pas de « thin content », du contenu avec trop peu de mots

46% des sites analysés par Ubersuggest ont des problèmes de thin content, c’est l’une des erreurs les plus répandues. En analysant 400 de ces sites avec des pages pas assez remplies, il est apparu que plus de 31% avaient vu leur trafic baisser d’au moins 10%.

graphique Impact sur le trafic des sites ayant mis à jour leur contenu – Source : Ubersuggest

Impact sur le trafic des sites ayant des contenus avec trop peu de mots – Source : Ubersuggest

En ayant des pages avec peu de mots, vous avez 3 fois plus de risque de voir un impact négatif sur votre positionnement depuis la mise à jour. Pour savoir si vous avez du contenu trop faible, vous pouvez utiliser aussi un outil comme SEMrush ou l’outil gratuit par URL d’Ubersuggest (dans la rubrique « Critical Errors » regardez les erreurs de type « low word count »).

Il y a bien évidemment des pages qui ne peuvent pas être corrigés, comme la page Contact ou les pages catégories. Pour les autres pages, voici la marche à suivre pour limiter le nombre de pages de « thin content » :

  1. Juger si la page a vraiment besoin de plus de mots : si c’est une page avec une vidéo ou une infographie qui se suffit à elle-même, ce n’est probablement pas nécessaire. Ne rajoutez pas des mots à tort et à travers, pensez seulement à l’expérience utilisateur et ce que vous pouvez apporter pour améliorer votre contenu.
  2. Comparer votre page à celle des concurrents : en regardant les résultats de recherche de la première page du mot clé ciblé par la page, regardez si les pages bien référencées ont plus ou moins de mots. Si vous voyez que toutes les pages bien référencées ont peu de mots, il n’est pas nécessaire d’en rajouter.
  3. Déterminer si la page doit toujours exister : si la page en question n’apporte pas beaucoup de valeur, même en la mettant à jour, vous pouvez supprimer la page et créer une redirection, et si cela s’y prête déplacer le contenu dans une autre page de la même thématique, plus complète.

4- Des sites avec un minimum d’erreurs SEO

Dans ses analyses, Neil Patel et son équipe ont aussi remarqué que les sites avec de nombreuses erreurs SEO étaient grandement impactées. Cela ne veut pas dire qu’il est impossible de se positionner avec des erreurs, mais elles peuvent être un handicap pour votre positionnement.

Les balises meta dupliquées font partie des erreurs les plus fréquentes, et l’analyse s’attarde sur les sites qui ont 20% ou plus de balises meta ou titre dupliquées. 41,6% des sites avec des balises dupliquées ont vu leur trafic chuter de plus de 10%.

graphique Impact sur le trafic des sites ayant des meta dupliquées – Source : Ubersuggest

Impact sur le trafic des sites ayant des meta dupliquées – Source : Ubersuggest

Pour vérifier si vous êtes concerné, ce qui est sûrement le cas, il existe encore une fois de nombreux outils et Ubersuggest permet de le faire gratuitement. Consultez les erreurs de meta description ou de balises title dupliquées, et modifiez celles qui doivent être différentes.

Certaines pages comme celles de pagination de catégories vont ressortir en erreur, mais si vous avez bien défini les balises canoniques ce n’est pas nécessaire de changer. Il n’est pas nécessaire d’avoir un site exempt de toute erreur, mais vous devez faire en sorte de les limiter au maximum.

 

Vous l’aurez compris, cette mise à jour n’est pas à prendre à la légère. Si cette étude de Neil Patel n’est pas exhaustive et n’est qu’une interprétation, elle permet de mettre en avant l’importance grandissante du contenu pour Google et des erreurs à corriger.

Si vous faites tout ce qui est décrit au-dessus, vous n’allez pas finir en première page pour autant mais vous maximisez vos chances d’être bien positionné, et dans tous les cas vous améliorez l’expérience utilisateur.

Rappelez-vous que le but n’est pas de contenter uniquement les robots de Google, pensez toujours à offrir la meilleure expérience possible et à faire mieux que vos concurrents. Cela portera ses fruits en SEO à plus ou moins long terme, soyez en sûr ! N’hésitez pas à nous dire si vous avez vu des baisses de trafic depuis la mise à jour 😉

Source : Neilpatel.com

Cet article est disponible en vidéo

Inscrivez-vous pour recevoir nos actualités en avant première.