Etes-vous victime de SEO négatif ?

Aussi grotesque que cela puisse paraitre, vous pouvez faire l’objet d’une campagne de SEO négatif, c’est-à-dire qu’une personne ou un concurrent utilise les techniques de SEO pour vous nuire.

Peut-être avez-vous déjà fait l’expérience d’une baisse de positionnement. Aviez-vous pensé à l’éventualité qu’un concurrent en soit la cause ?

Pour rappel, le SEO négatif regroupe toutes les techniques ayant pour but d’impacter négativement le positionnement d’une URL et de son nom de domaine, en manipulant une variable dans les liens, le contenu ou les signaux des utilisateurs.

Lors de votre enquête, l’objectif est de déterminer si la baisse de positions que vous subissez est due à vos propres actions ou à une réelle attaque.

Pour savoir si vous avez été victime de SEO négatif, vous aurez besoin :

– D’un navigateur qui accède à Google et à Bing pour trouver du contenu.
– D’un accès à vos logs (actions effectuées regroupées dans des fichiers) pour vérifier le contenu et les signaux des utilisateurs.
– De Google Analytics pour vérifier le contenu et les signaux des utilisateurs.
– De Google Search Console pour vérifier le contenu, les liens et les signaux des utilisateurs.
– De Bing Webmaster Tools pour vérifier le contenu, les liens et les signaux des utilisateurs.
– D’un outil d’analyse de liens pour chercher des failles dans les liens internes ou externes.
– D’un outil de crawling pour vérifier le contenu et les signaux des utilisateurs.
– D’un outil de plagiat pour vérifier le contenu.

Comment Google et Bing traitent mon site ?

Une des premières étapes, aussi simple soit-elle, est de vérifier comment Google et Bing voient votre site. Il est préférable d’utiliser les deux moteurs de recherche car ils réagissent différemment. Que cherchons-nous ?

La technique du site:domaine.tld : remplacez « domaine.tld » par votre site (ex : « site:market-academy.com »). Une liste de résultats s’affiche, classés par ordre d’importance.

– Est-ce que des pages sont manquantes ? Regardez le code source et le robots.txt liés à ces pages pour déterminer s’il n’y pas un problème de configuration.
– Est-ce que des pages ont été destituées ? De nombreuses pages ont été retirées de la SERP.
– Y a-t-il des pages que vous ne reconnaissez pas ? Si des pages de spam ou hors-sujet s’affichent, vous faites certainement face à une attaque.
– Effectuez des recherches sur votre marque : essayez votredomaine.fr, votredomaine.com et toutes les autres extensions connues. Testez également des phrases et expressions associées à votre marque.

Les logs

Avoir accès à vos fichiers de logs est vital, bien que cela soit rendu plus compliqué avec le RGPD. Il est important que vous puissiez accéder aux adresses IPs enregistrées pour chaque page visitée sur votre site. En analysant les logs, vous pouvez :

– Trouver des IPs qui auraient pu chercher à vous nuire.
– Identifier des scrapers qui auraient pu démolir votre contenu en masse.
– Identifier des problèmes de réponse du serveur.

Google Analytics

Google Analytics peut vous aider à détecter une attaque de SEO négatif via :

– Le taux de rebond : Est-il particulièrement haut ? Présente-il des particularités en fonction des sources de trafic et de la géolocalisation ?
– La durée des sessions : Est-elle plus courte qu’habituellement ? Est-elle accompagnée d’un nombre sessions bien plus élevé ?
– Les sources d’acquisition de trafic et tout le trafic référent : Il y a-t-il des sources de trafic qui envoient beaucoup plus ou beaucoup moins de trafic qu’à une autre période ?
– La Search Console et les pages de destination : Constatez-vous quelque chose de suspect ? Il y a-t-il des aberrations concernant le trafic d’une page ?
– La vitesse du site : Est-ce que le chargement des pages a augmenté ? Est-ce le cas sur un navigateur en particulier ? Sur toutes les pages ?

Google Search Console

Que devez-vous regarder dans la Google Search Console pour vous aider à déterminer si vous avez été victime du SEO négatif ?

– Les messages : Vérifiez les messages de Google qui vous préviendront d’un éventuel cas exceptionnel.
– Les analyses de recherche : Comment ressortez-vous sur vos requêtes de recherche ? Si vous constatez que le volume de recherche sur votre marque est plus élevé mais qu’il n’y a pas plus de clics sur vos pages, vous pouvez avoir affaire à une tentative de SEO négatif.
– Les liens vers votre site : Combien de « mauvais liens » avez-vous pointant sur votre site ? Lorsque l’on parle de « mauvais » liens, il s’agit de liens qui proviennent d’un site spammy, de mauvaise qualité et/ou qui n’a rien à voir avec votre thématique.
– Les liens internes : Vous avez également pu vous faire pirater. En ce sens, un pirate aurait intégré des liens dans votre contenu, pointant vers de « mauvais » sites.
– Les erreurs de crawl : Si votre serveur envoie trop de réponses, Google le parcourras moins. Si c’est le cas, il est fort probable que les utilisateurs rencontrent davantage de problèmes avec vos pages web.

Bing Webmaster Tools

Bing Webmaster Tools peut vous être utile concernant :

– L’activité du site : Tout comme les analyses de recherches de Google, Bing Webmaster Tools vous permet de déterminer rapidement si votre site s’affiche plus ou moins dans les résultats de recherche, si le volume de clics à changer…
– Les liens entrants : Comme avec la Google Search Console, vous pouvez voir à quoi ressemblent ces liens. Sont-ils cohérents ? Sont-ils aberrants ?

Les outils d’analyse de liens

Grâce à vos outils d’analyse de liens, vous pouvez déterminer si vous êtes victime de SEO négatif grâce :

– Aux mots clés organiques : Est-ce que tout semble normal ?
– Aux nouveaux backlinks, aux nouveaux domaines et aux IPs de référence : Si une augmentation conséquente de liens survient, vous faites sûrement face à une attaque.
– Aux backlinks et aux domaines perdus : Une autre technique du SEO négatif est la suppression de liens d’un concurrent. Perdez-vous des liens ?
– Liens cassés : Bien souvent, un problème de liens vient de vous. En effet, vous avez peut-être changé l’architecture de votre site, déplacer une page ou autres.

Les outils de crawling et de technique

Grâce à eux, vous pourrez examiner :

– La vitesse de votre site : Que vous disent votre Analytics et les outils de Google ?
– Les redirections : Il y a-t-il quelque chose de particulier que vous remarquez ?
– Le plan de crawls : Quelles sont les liens et pages qui sont parcourus par les robots ? Ces pages sont-elles incluses dans la navigation du site ou orphelines ?
– Les facteurs techniques dans les pages : Quelles pages sont configurées sur « nofollow » ou « noindex » ou sont en conflit à cause de problèmes sur les canonicales.

Les outils de plagiat

Votre contenu est-il vraiment unique ? Utilisez un outil de plagiat pour vérifier entièrement votre site. Cela vous permettra également de vérifier vos contenus internes et vous assurer qu’il n’y ait pas de doublons.

L’utilisation d’outils mis à votre disposition est essentielle pour déterminer si vous êtes victime d’une attaque. Si vous constatez des déséquilibres certains et sans cause de votre part, vous avez certainement un pirate ou un concurrent qui vous veut du mal et qui utilise le référencement naturel pour vous nuire.

 




Source : Search Engine Land – Joe Sinkwitz