Tag Archives : mémoire

Les derniers articles publiés


Le neuromarketing, vous en pensez quoi ?

Le neuromarketing est un mélange de marketing et des neurosciences cognitives. Grâce au neuromarketing, il est aisé de comprendre et d’anticiper le comportement des consommateurs en travaillant sur les réactions du cerveau face à des facteurs marketing. (suite…)...

Les 13 leviers principaux du marketing digital - Vidéo formation - e-commerce & webmarketing - Market Academy

Quels sont les leviers webmarketing ? Quels sont les principes de ces leviers webmarketing ?

Découvrez les principaux leviers webmarketing dans cette vidéo formation Market Academy.

Webmarketing – 13 leviers principaux du marketing digital – Vidéo formation gratuite Market Academy

Voir la version découpée des vidéos sur les 13 leviers du webmarketing.

Comment être visible sur Internet ? Comment gérer ses budgets communication ? Comment savoir quels sont les leviers webmarketing adaptés à vos besoins et à vos cibles ?

1- Stratégie Web

Le premier levier webmarketing essentiel pour réussir dans le e-commerce est la stratégie !

La stratégie digitale permet de :
Déterminer des objectifs commerciaux pour votre site : le ROI, le nombre de VU/mois, le nombre de commandes, le taux de conversion, le panier moyen…
Déterminer les actions marketing à mettre en place pour atteindre ces objectifs en réalisant un plan marketing

Ce plan marketing doit absolument mentionner une stratégie multicanale pour optimiser les impacts de vos actions, permettre à votre marque d’exister et développer votre présence et notoriété. En effet, le marketing multicanal est le meilleur moyen pour être sur tous les fronts (web, print, événementiel…).

Attention, les messages doivent être identiques, les informations données cohérentes et les canaux en interrelations.

2- Le référencement naturel  / SEO

Le référencement naturel, qui est une techniques permettant d’améliorer la visibilité de son site web.

2 mots importants :

- positionnement (positionner les pages de son site dans les premières pages de résultats sur certains « mots clés »)

- soumission (faire connaitre son site auprès des outils de recherche)

Le principe est simple : un internaute cherche un produit, une marque, une thématique… et va taper une « requête » sur la barre de recherche d’un moteur de recherche (Google, Bing, Yahoo…).
En cliquant sur « rechercher », l’internaute va être face à différents résultats de recherche. Ces liens font partie du référencement naturel.

Le SEO amène du trafic, donc le visibilité. Cependant, le délai de positionnement est plus long. En effet, il faut compter entre 6 mois et 1 an pour que les textes optimisés pour le SEO soient appréciés à leur juste valeur. Il est tout de même important de noter que les résultats peuvent varier selon le secteur d’activité, les concurrents sur les mots clés et les techniques de SEO choisies.

Des outils tels que SemRush, Majestic SEO ou SeeURank existent pour analyser le positionnement de votre site, les facteurs bloquants, les backlinks, la technique SEO…

Pour résumer, le référencement naturel est une valeur sûre car il assoie la popularité de votre site, MAIS il faut s’attendre à produire un travail de longue haleine qui payera, certes, mais au bout de quelques mois.

3- Le référencement payant / SEA

Le référencement payant appelé aussi SEA, est un levier marketing exploité afin de faire connaitre son site sur les moteurs de recherche (Google, Bing et Yahoo).

C’est un moyen idéal pour de générer des visites, faire connaitre son site, acquérir de la notoriété, maximiser les ventes augmenter le panier moyen et faire du push sur sa marque.

Pour faire plus simple, il s’agit de toutes les campagnes payantes que vous allez mettre en place.

Les différentes possibilités existantes sont : Google AdWords, Bing Ads, Facebook Ads, LinkedIn Publicité, Viadeo, YouTube (via AdWords), Twitter…

Il ne faut pas oublier que ces campagnes sont payantes, soit au clics soit à l’affichage. Ainsi il est conseillé de choisir un ou deux supports pour commencer avec un budget bien défini.
Google AdWords est le premier à tester dans tous les cas de figure.

Il est difficile de donner un ordre de priorité pour les autres car tout dépend de votre secteur d’activité et de votre audience cible.

4- Le display

Le display est l’achat de publicité sur internet sur des sites à forte audience.

Il s’agit tout simplement de la publicité traditionnelle, adaptée au monde du Web.

Le fonctionnement est le même que pour un magazine : vous êtes une entreprise qui souhaite faire de la publicité dans un magazine, vous devez donc acheter un espace qui sera plus ou moins cher selon l’emplacement. Il s’agit exactement du même principe sauf que cela s’applique au Web.

Les modèles de rémunération connus pour le display sont :

Le CPC, coût par clic : lorsqu’un internaute clique sur l’affichage il sera redirigé vers le site marchand qui payera un tarif au clic reçu sur l’affichage
Le CPM, coût pour mille impressions : dès que 1 000 personnes voient l’affichage, le site marchand paye

Le prix dépend de l’espace réservé et de sa durée, de la notoriété du site sur lequel la communication se passe, le profil de l’audience plus ou moins qualifié, et le type de bannière utilisé.

Le display est à exploité quand il s’agit d’acquérir de la visibilité et des visites sur son site. L’achat d’espace publicitaire est bien moins coûteux sur le Net qu’à la TV ou sur le Print, et les retours sont facilement mesurables.

5- L’email marketing 

L’emailing est un levier permettant d’acquérir des visites.

Le courrier électronique était, à la base, un simple moyen d’échanger avec d’autres individus.

Il est rapidement devenu un levier marketing convoité, synonyme de communication personnelle et d’échanges avec les clients.

L’email marketing a 2 principales fonctions : la prospection (acquisition de trafic, de leads, de notoriété…) et la fidélisation.

6- Les réseaux sociaux

Communiquer sur les réseaux sociaux devient un des moyens les plus convoités pour développer de la notoriété.

Quelle entreprise n’a pas ou n’a pas en projet de créer une page Facebook pour interagir avec ses clients et ses fans ?
Twitter n’est-ce pas super pour communiquer en direct et créer une réelle communauté ?
Avoir une page Google + n’était-ce pas un bon moyen d’augmenter son référencement naturel et sa visibilité avec l’affichage de vos coordonnées dans les résultats de recherche Google (Google Address)
Etre présent sur les réseaux sociaux professionnels comme Linkedin ou Viadeo ne donne t il pas de la crédibilité à votre entreprise et à votre image ?

C’est un fait : les réseaux sociaux permettent de faire parler de vous soit par vous directement, soit par les internautes.
Il faut savoir que les internautes aiment partager leurs expériences (bonnes ou mauvaises) et qu’ils aiment recommander, déconseiller, donner leur avis sur des produits.

Les méthodes pour faire parler de vous peuvent être les mini-sondages, les jeux concours, les promotions, les codes promo uniquement pour les fans Facebook et les abonnées Twitter…

Il faut garder en tête que plus on parle de vous, plus vous obtenez de la visibilité. Alors laissez les autres parler de vous, faites ce qu’il faut pour être présent sur les réseaux sociaux mais restez prudent sur ce qu’il se dit à votre propos afin de préserver votre e-réputation.

7- Le retargeting / remarketing

Il s’agit d’ une technique de ciblage Internet qui permet de cibler les internautes à partir de leur comportement passé sur un site, un réseau de sites ou face à la publicité. En fonction de son âge et de ses centres d’intérêts, l’internaute reçoit des publicités ou des contenus éditoriaux adaptés à sa personnalité, après une analyse des pages qu’il a visités ou des produits qu’il achète via le net.

Tout cela pour démontrer l’affinité et l’attractivité du produit ou de la marque présentée pour l’internaute.

Le ciblage comportemental (segmentation) permet par exemple de cibler les internautes ayant consulté au moins une fois dans le mois écoulé la rubrique automobile sur un site éditorial sans, qu’au moment où l’individu est touché par le message, il soit sur un contenu relatif à l’automobile.
Au sein d’un réseau de régie, il est possible techniquement de toucher les internautes ayant déjà cliqué sur une bannière pour tel ou tel secteur d’activité.

On parle également de ciblage comportemental qui est l’amélioration du ciblage contextuel (plus en profondeur) qui repose sur l’adaptation du bandeau publicitaire à son contexte d’apparition. Le contexte peut être caractérisé par les actions de l’internaute, par le contenu de la page support ou par une dimension temporelle.

Le but est de personnaliser toutes les offres en rapport du profil de l’utilisateur.

En effet, le ciblage comportemental ou reciblage publicitaire ou encore retargeting permet d’afficher des publicités relatives aux centres d’intérêt des internautes.

Cela permet d’améliorer la pertinence des campagnes publicitaires et l’efficacité de la publicité, principalement le ROI.

Plusieurs solutions de retargeting existent, telles que :
- Google AdWords : Remarketing (à utiliser dans un premier temps car CPC)
Régie publicitaire ex Critéo dans un second temps car CPM

8- Les comparateurs de prix

Les comparateurs de prix sont particulièrement prisés par les clients : recherche ciblée, choix de plusieurs magasins en même temps… Les comparateurs de prix sont devenus une source d’informations qui rendent les clients de plus en plus exigeants.

Il est donc conseillé de faire des partenariats avec certains comparateurs de prix, afin d’optimiser les chances d’être « choisi » par l’internaute.
Un comparateur de prix est un service qui permet de comparer les prix sur Internet. L’internaute a un produit ou une gamme de produits en tête, va sur un comparateur de prix, tape dans la barre de recherche ce qui l’intéresse, puis a une liste complète des différentes boutiques proposant ce produit. La notion de « frais de port » est également renseignée afin que l’internaute sache exactement à quoi s’attendre lorsqu’il sera redirigé vers le site partenaire.
Les comparateurs de prix utilisent la technologie des méta moteurs, c’est-à-dire des logiciels cherchant des informations à travers plusieurs moteurs de recherche. Ces logiciels permettent aux comparateurs d’effectuer des requêtes auprès de plusieurs moteurs de recherche.
L’internaute sélectionne alors une catégorie ou une sous-catégorie. Il peut également effectuer une recherche plus précise via la barre de recherche sur le comparateur.
Une liste recensant tous les produits trouvés est alors affichée afin que l’internaute puisse choisir l’article qu’il préfère.

Concernant le classement des offres, il est important de noter qu’il est déterminant et totalement hors de portée du e-commerçant.
En effet, plusieurs critères sont pris en compte :
L’enchère du CPC
Le prix du produit
La popularité du site
Les avis clients
Pour résumer, ce n’est pas parce que votre produit est moins cher que vos concurrents que vous serez automatiquement mis en avant. Cela est un critère important, mais pas déterminant. Ainsi, si un concurrent propose un CPC plus élevé, il se peut que son offre apparaisse avant la vôtre dans le listing.

Les problèmes relevés :
Les CPC peuvent être chers et les performances peuvent être plus ou moins bonnes selon la catégorie de produits vendus
Il faut faire des flux bien spécifiques et savoir les gérer/optimiser
Il n’y a pas de vrai comparateur car pas toutes les boutiques en ligne sont présentes sur un comparateur de prix
La concurrence est tellement agressive que cela peut tuer le marché.

9- L’affiliation

Qu’est ce que l’affiliation et quel est son principe ?

L’affiliation est un partenariat permettant à un webmarchand d’annoncer sur une offre ou une promotion via des sites éditeurs qui, comme leur nom l’indique, édite les offres des webmarchands sur leurs sites.

Le processus est simple :
Ajouter des liens textes ou des bannières d’un autre site sur votre site
Visiteurs sont redirigés sur le site en question
Ils achètent sur ce site
Un tracking permet d’identifier que le visiteur vient de chez vous
Rémunération sur la vente effectuée> commission (elles varient selon le secteur d’activité, en général entre 2% et 15% du CA généré)

C’est un levier à exploiter pour plusieurs raisons :
Générer des visites sur son site
S’assurer d’avoir un bon ROI car le paiement se fait à la commission
Exploiter sa visibilité et sa notoriété
Générer des ventes
Monétiser son site en ce qui concerne les éditeurs

10- Les places de marché / market place

Les market place, aussi appelée « places de marché », représentent un canal de vente très utilisé et très convoité.

En effet, les e-commerçants voient ce levier webmarketing comme une opportunité d’augmenter leur CA, d’acquérir de nouveaux clients, de gérer les coûts et de se procurer une certaine visibilité sur les moteurs de recherche.
En plus de la facilité du contact entre le site et l’internaute, les market places permettent également de rendre l’acte de vente simple et sans prise de tête.
Il faut savoir que la vente se passe du début à la fin sur la market place en question, seule la livraison se fait par le site marchand.
Les market place sont donc devenues indispensables dans la stratégie de vente en ligne des sites e-commerce.

Le mode de rémunération et la notoriété des market place, permettent aux e-commercants de tester et d’essayer cet outil de diffusion. Cependant, il est important d’avoir un minimum de compétences techniques afin de mettre en place le partenariat de manière correcte.
De même que les e-commerçants se doivent d’avoir une bonne gestion de leur logistique et une relation client irréprochable.
En effet, les market place sont pointilleuses sur ces deux points.

La market place est, en quelque sorte, un centre commercial où il y a de tout et de rien.
Communiquer sur ce support revient à ouvrir un magasin dans centre commercial.

Il ne faut pas oublier un des atouts principaux des market places : le trafic !
En effet, les market places sont des sites connus (Amazon, Cdiscount, Rue du Commerce…) qui vous font bénéficier de leur notoriété en vous procurant de la visibilité et des visiteurs et des acheteurs sur les produits de votre site institutionnel (pas forcément votre site entier, mais un produit proposé sur les market places).
Amazon est le premier site visité en France au 2e trimestre 2014.

Le modèle de rémunération est le suivant : % du CA (selon catégorie) et en moyenne 35€ HT d’abonnement/minimum de facturation.

Les avantages :

- capter des cibles plus adaptées > audience qualifiée
- nouveau trafic
- augmentation de la visibilité et de la notoriété
- diminution du risque financier (risque de fraude éliminé et sûr d’être payé)
- multiplication des canaux de distribution
- augmentation des ventes
- augmentation du CA
- frais réduits par rapport à d’autres canaux (frais d’inscription, CPA et abonnement mensuel si pro)
- absence de frais techniques
- plus de résultats naturels dans les résultats de recherche Google
- large gamme de produits et de services (supermarché) appréciée par les internautes
- amélioration du service client et de l’expérience utilisateur : gestion de la rupture de stock et conditions d’achat optimales dans un environnement sécurisé

Les inconvénients :

- dépendance de la MP : si vous ne vendez QUE sur les MP et que vous ne vous focalisez pas également sur votre site institutionnel, il y a un risque de dépendance non-négligeable. En effet, si la MP s’écroule, vous coulez également. De plus, si vous êtes financièrement dépendant et que du jour au lendemain vous ne gagnez plus grand chose avec les MP, vous êtes mal.
- contraintes techniques : les MP vous demandent des informations précises lors de l’intégration de votre catalogue, dont les attributs qui sont parfois difficiles à matcher (La Redoute +++)
- rigidité des MP : si plusieurs incidents arrivent (mauvaise livraison, mauvaise gestion des stocks, mauvais service client), vous pouvez être supprimé de certaines MP.
- difficulté à fidéliser les clients : les clients MP ne vous appartiennent pas, de ce fait, difficile de les convoiter par email ou autre moyen. Il arrive que des internautes ne sachent pas qu’ils ont été redirigés vers une autre boutiques > invisibilité

 11- Le mobile marketing

En effet, le mobile est l’un des leviers principaux du marketing digital.

Avec 5% des ventes e-commerce soit 3 milliards d’euros réalisées sur mobile en France (tablette, smartphone, sites mobiles, application…), le m-commerce prend de l’ampleur avec une hausse de 52% au 2e trimestre 2014 par rapport à la même période en 2013. FEVAD

Parmi les produits susceptibles d’être les plus commandés via smartphone, figurent en tête les vêtements/chaussures qui enregistrent une progression très significative de 22 points. En effet, la proportion d’internautes déclarant vouloir acheter ce type de produits a doublé en un an (38% en 2014 vs 16% en 2013). Arrivent ensuite les billets train/avion : 28% (+4%), les billets de spectacle : 24%, les biens culturels physiques : 18% et les parfums/cosmétiques : 18% (en hausse de 8 points).

Par exemple, 40% du CA de Showroomprivé a été effectué sur mobile.

Afin de vendre sur mobile, plusieurs choix s’offrent à vous :

1- Faire un site en responsive design – ne seule version de votre site qui s’adapte au support et à la résolution d’écran, agencer les informations du mieux possible – CONSEILLÉ

2- Créer un site mobile – à développer de préférence si la majorité de vos visites sont effectuées via un mobile. Accessible sur tous supports et permet également une meilleure navigation même s’il comporte moins de contenu qu’un site classique – PAS CONSEILLÉ

3- Créer une application mobile – enrichir l’expérience utilisateur grâce à de nombreuses fonctionnalités, car étant adaptée au mobile, elle permet de naviguer rapidement et de fidéliser l’utilisateur. Elle peut cependant être coûteuse à mettre en place

Vous pouvez ainsi étendre vos campagnes publicitaires au mobile (ex : AdWords, retargeting…)

12- La relation presse

Le communiqué de presse n’est pas l’apanage des grands groupes disposant d’équipes dédiées aux relations avec les journalistes. Les petites et moyennes entreprises peuvent, elles aussi, faire connaître leur actualité grâce à cet outil de communication gratuit. Voici comment atteindre sa cible.

1/ Communiquer le bon message
Délivrer 1 message fort aux médias, et un seul pour ne pas brouiller les pistes.
Idéalement, le rédacteur d’un communiqué de presse doit se glisser dans le cerveau d’un journaliste et lui fournir un article quasiment clef en main avec un angle original qui plaira à son lectorat.
Plus simplement, un événement incontournable, une tendance lourde ou une thématique dans l’air du temps peuvent fournir un bon prétexte pour communiquer sur son activité. Encore faut-il prendre la peine de s’y référer explicitement pour accrocher le lecteur.

2/ Etre attractif
Votre message doit donc être immédiatement compris par le destinataire.
Penser aux interviews vidéo ou encore au storytelling.

3/ Diffuser l’information en fonction du message
Votre communiqué de presse doit arriver dans les rédactions pour avoir des chances d’être repris.
Si vous souhaitez effectuer une diffusion en masse, sachez que certaines plates-formes permettent de poster des communiqués de presse en ligne. Ces outils rendent visibles votre actualité au plus grand nombre : ce ne sont pas uniquement les journalistes qui auront de vos nouvelles mais aussi le grand public : consommateurs, bloggeurs ou boursicoteurs. Pensez également à ces derniers quand vous rédigez votre texte.
Cependant, il faut faire attention à ces sites : il y en a beaucoup mais ils ne sont pas tous de très bonne qualité ce qui peut vous desservir plus que vous servir.
À vous d’évaluer les sites sur lesquels vous aimeriez proposer votre communiqué de presse (Page Rank par exemple).

13- Le Growth Hacking

Le Growth Hacking est un ensemble de tactiques et de bonnes pratiques pour faire face à la croissance de l’utilisateur.

En gros, c’est
comment puis-je avoir de nouveaux utilisateurs ?
Comment puis-je augmenter la durée de vie d’un utilisateur ?
Comment puis-je avoir plus d’utilisateurs actifs ?

Les entreprises font souvent l’erreur de traquer le trafic, les utilisateurs et les revenus. C’est tout.
Alors qu’en fait, il n’y a pas 3 étapes, mais bel et bien 5 !

1 : attirer du trafic (acquisition)
2 : faire les internautes s’inscrire à quelque chose qui pourrait les faire revenir (activation)
3 : avoir des utilisateurs actifs (rétention)
4 : gagner de l’argent (monétisation)

Illustrons :

1- Acquisition
Vous entendez parler de Market Academy en voyant les conférences de Top TIC

2- Activation
Les conférences vous intéresse et vous vous inscrivez

3- Rétention
Quelques jours après cette conférence, vous recevrez un email de notre part avec des liens vers notre site dans lequel on vous propose de regarder une vidéo que l’on a faite en relation avec le sujet de notre conférence

4- Revenus
Vous commandez une prestation e-commerce convaincu de notre expertise et nous travaillons main dans la main

Le rôle d’un growth hacker est de trouver ce qui va faire que le visiteur revienne, ce qui va faire que le statut de cet utilisateur change. La question à laquelle le growth hacker répond est « comment attirer des clients vers mon produit ? »
Il est important de mesurer les conversions entre chaque étape.
Quel est le taux de conversion entre le nombre de visiteurs acquis et le nombre d’utilisateurs actifs ? Quel est le taux de conversion entre le nombre d’utilisateurs actifs et le nombre d’utilisateurs qui reviennent ? Quel est la relation entre le nombre d’utilisateurs qui reviennent et les revenus récoltés ?

Pour optimiser le tunnel de conversion, les growth hackers ont développé quelques techniques :
Faire des tests A/B
Mesurer la qualité des sources de trafic
Minimiser les infos sur la page de destination pour mieux convertir
Embarquer les internautes pour augmenter l’activation et la rétention
Ramener les visiteurs en utilisant les emails
Récompenser les internautes pour qu’ils partagent

Les maitres mots : discipline, idées, tests, analyse, répétition du processus

 

 


Définition Notoriété - Vidéos formation - Tutoriel vidéos - Market Academy

Tutoriel vidéo gratuit

Qu’est ce que la Notoriété ? Quel est le principe de la Notoriété.
Découvrez la définition de la Notoriété dans cette courte vidéo formation Market Academy.

Définition Notoriété – Vidéos formation – Tutoriel vidéos – Market Academy

La notoriété est un indicateur permettant de mesurer la connaissance que les consommateurs ont vis-à-vis d’une marque.
La notoriété se caractérise par la présence à l’esprit d’une marque.
2 types principaux de notoriétés sont mesurables :
- La notoriété assistée, qui est le pourcentage de personne qui affirme connaitre une marque d’après une liste préétablie. La réponse est donc assistée d’une liste.
- La notoriété spontanée qui est le pourcentage de personnes citant spontanément une marque. La réponse est donc sans aucune aide.
La notoriété est un des axes principaux de la publicité.


Catégorie

Archives