Que penser du taux de rebond ?

Scot for Shaw débat sur le taux de rebond, sur l’effet que celui-ci peut avoir sur un site e-commerce. Le but est de se demander si le taux de rebond est toujours un indicateur de performance à prendre en compte pour les boutiques en ligne. Voyons ce que Softwareguru1 nous dit sur le sujet.

Lorsque l’on a un site e-commerce, on a automatiquement entendu parler du taux de rebond et du fait que plus il est bas, mieux c’est.

Pour rappel le taux de rebond est le pourcentage de visiteurs qui sont arrivés sur le site et qui l’ont quitté aussitôt. En fait, le taux de rebond permet de savoir si le trafic qui arrive est qualifié, ou pour mesurer le succès d’une page en terme d’attention du visiteur.

Comprenons bien le contexte du taux de rebond :

Le taux de rebond « classique »
Il s’agit d’un visiteur qui arrive via un moteur de recherche ou un lien référant et qui ferme le navigateur ou va sur un autre site.

L’idée est de penser à un taux de rebond « hybride », c’est-à-dire un taux de rebond qui prend en considération la navigation toute entière de l’internaute. Il y a des visiteurs qui ont pu atterrir sur votre page depuis Google en choisissant votre lien parmi tant d’autres. Ils ont pu lire la première page, voir autre chose puis revenir via la flèche « retour ». Avec le cache installé sur les nouvelles versions des navigateurs, on peut voir que la première page a, certes un fort taux de rebond, mais a en fait contribué à une vente.

Bref, le taux de rebond est à prendre avec des pincettes. Les meilleurs des indicateurs restent le nombre de ventes brutes et la rentabilité.