Le marketing de robot à robot, c’est pour bientôt !

Le futur du marketing et de la technologie ne repose pas uniquement sur les robots et les agents qui parlent aux consommateurs. Que se passe-t-il quand ils se parlent entre eux ?

Un nouveau levier marketing a vu le jour : les agents intelligents. Google Home Assistant, Alexa d’Amazon et autres robots interagissent via des conversations textuelles.

Un autre levier devrait bientôt voir le jour également : il s’agit des échanges entre robots ou agents pour effectuer des recherches, au lieu de parcourir le web, consulter une base de connaissance ou un profil.

Il est prévu que la majorité des interactions futures soient conversationnelles. Pour pouvoir gérer ces échanges, il faudra passer plus de temps sur la gestion de la réputation de votre marque afin que Google la trouve relativement bonne. Cela pourrait signifier un positionnement optimal, ce qui serait avantageux car les agents vocaux ne lisent que peu de résultats.

Les marques devraient également procurer plus de données structurées qui rendent les attributs davantage transparents.

L’importance de la loyauté
Jusqu’à maintenant, il y a des outils marketing standards (réputation, positionnement, programme de fidélité, publicité payante) en réponse aux moteurs de recherche contrôlés par la reconnaissance vocale. Cela peut changer quand les agents ou robots agissent en fonction des préférences configurées par l’utilisateur ou recueillies au fil du temps.
La manière dont les robots personnels vont exprimer les préférences des utilisateurs n’est pas encore définie, autre que la sélection de produits qui lui sont recommandés.

La compétition des robots
Les systèmes marketing vont devoir suivre ce que les robots choisissent, ce qui change la donne concernant la segmentation. Les robots pour les consommateurs devront être entraînés : en effet, ils doivent voir comment font les consommateurs pour commander une pizza (par exemple), pour voir comment ils font et le faire à seuls la prochaine fois.
Ainsi, il pourrait y avoir différents robots représentant des sujets distincts. Cela peut générer de la compétition entre les robots au niveau du degré d’intelligence et du domaine d’expertise.

La confiance
Les assistants virtuels et les robots intelligents personnalisés sont clairement une nouvelle incarnation de la confiance ou du moins, une nouvelle forme de confiance envers la marque. Si les robots et agents répondent de la bonne manière et sont pertinents, pourquoi ne pas leur donner toute crédibilité après tout ?

Source : Martechtoday – Barry Levine