La vente en ligne : futur du commerce ?

Internet devient un des composants les plus importants de notre vie quotidienne. Les magasins physiques sont toujours bien présents mais leur futur est de moins en moins certain…

La question que l’on peut se poser est la suivante : est-ce qu’on arrivera à un point où le shoppping deviendra à 100% une expérience digitale ? Certainement pas maintenant, mais peut-être que dans le futur, cela pourrait être le cas. Voici pourquoi :

1- Les magasins physiques ferment boutique

On constate que de plus en plus de magasins physiques ferment. Plusieurs raisons à cela dont, entre autres, la vente en ligne qui accapare un bon nombre de clients. C’est un cercle vicieux car moins de clients, signifie moins de chiffre d’affaires pour des charges qui restent fixes, voire qui augmentent… Le calcul est alors simple à faire.

2- La vente en ligne est en croissance

Cause et conséquence du point 1-, la vente en ligne prend de l’ampleur grâce, notamment, à de gros e-commerçants comme Amazon qui proposent des prix avantageux et des services plus qu’appréciables. Ne pas être sur Internet revient à se couper l’herbe sous le pied. Le physique et le digital peuvent s’unir pour proposer quelque chose d’harmonieux et de performant, encore faut-il avoir les moyens d’investir dans le Web…

Pourquoi ces constats ?

Soyons pragmatique :
Du côté e-commerçant, ouvrir une boutique en ligne revient bien moins cher que d’ouvrir un magasin physique autant au démarrage que sur le long terme (bien que cela soit possible que le Web génère moins de bénéfices que le traditionnel…). De plus, il est plus facile de traquer, de segmenter, de cibler et de définir son audience sur le Web.

Du côté consommateur, il faut avouer que c’est agréable de faire son shopping chez soi. Les prix sont très concurrentiels, il est plus facile de comparer, la livraison est généralement rapide, les retours sont autorisés, les offres sont adaptées… Le mot clé est la COMMODITÉ.

Qu’en pensez-vous ? Va-t-on vers un monde de shopping 100% digital ?

Source : Huffington Post – Andrew Tai