En Europe, les consommateurs qui achètent en ligne sont encore confrontés à de nombreuses restrictions

Les consommateurs européens ne peuvent toujours pas effectuer leurs achats en ligne dans l’Union Européenne sans être victimes de discrimination en raison de leur nationalité. 

Les sites marchands du continent persistent à refuser des clients issus d’autres pays en facturant des prix plus élevés aux clients étrangers ou en créant des frontières virtuelles par un autre moyen.

Ce phénomène est notamment visible dans un rapport du Centre Européen des Consommateurs appelé « Les frontières invisibles restreignent encore-t-elles l’accès des consommateurs aux services dans l’UE ?». Entre 2013 et 2015, l’organisation a reçu un total de 532 réclamations de consommateurs européens qui ne pouvaient pas acheter en ligne librement.

Il s’agit d’une augmentation de 140% en comparaison avec le nombre de réclamations reçues entre 2010 et 2012. Mais il faut toutefois noter que l’e-commerce transfrontalier n’était pas aussi répandu qu’aujourd’hui.

Des traitements différents principalement en raison du lieu de résidence

La plupart de ces plaintes provenaient de consommateurs en Autriche (138), en Italie (68) et en Irlande (66). Plus de 82% de ces plaintes concernaient un traitement différent lié au lieu de résidence des consommateurs. Les situations pour lesquelles les consommateurs ont été confrontés à un traitement différent ou (même) un refus de fournir un service ont principalement eu lieu lors de l’achat de biens, tels que l’électronique grand public, les véhicules, les vêtements, les livres, la musique ou les téléchargements.

« Les consommateurs ont encore fait face à des limites »

« Malheureusement, les réclamations reçues par ECC-Net montrent que le principe de non-discrimination de l’Article 20.2 n’a pas été efficace pour combattre les prix injustifiés et la différence de livraison. Les consommateurs font encore souvent face à des restrictions sans aucune raison valide », dit Eva Calvelo Muino, Directrice d’ECC Pays-Bas.

Le mois dernier, les états membres de l’Union Européenne ont accepté d’interdire les géo-blocages injustifiés par les e-commerçants, mais il semblerait que nous sommes encore bien loin d’un Marché Digital Unique entièrement fonctionnel.

Source : Ecommerce News