Comment mettre en valeur vos produits via leur description ?

Il existe plusieurs types de descriptions produits à l’heure actuelle : du minimalisme (1 phrase) à l’absurdité en passant par le plagia, certains e-commerçants négligent totalement la description de leurs produits. Vous en faites partie ?

Si c’est le cas, ce n’est pas grave, vous pouvez encore vous rattraper ! L’article de Guy Tucker nous en dit plus.

Commençons par rappeler que la description de vos produits joue un rôle essentiel dans la conversion. De plus, il est important de comprendre qu’une description ne doit pas mettre en avant vos talents d’écrivain, ni votre sens de l’humour. La fonction d’une description produit est simplement d’informer et d’aider les consommateurs à savoir quoi acheter.

L’erreur la plus commune reste le « copier/coller » de la description du fabricant. En effet, le contenu de votre produit est le même que sur d’autres sites (pratique pénalisée par Google et le référencement naturel), et vous ne mettez en avant aucun service supplémentaire, aucun avantage concurrentiel. Comment vous différencier ? Pourquoi les consommateurs viendraient chez vous et pas ailleurs si vous leur dites par pourquoi ?

Comment écrire de meilleures descriptions ?

Utilisez les descriptions de  vos produits pour répondre aux questions que les internautes pourraient se poser !

- Avant de rédiger une description produit, pensez aux questions que peuvent se poser les consommateurs et ce qui les convaincrait d’acheter
- Structurez vos descriptions pour que les gens trouvent rapidement réponse à leur question
- Utilisez votre expertise pour aider le consommateur à prendre sa décision
- Soyez concret et utile
- Dites à vos visiteurs les avantages des différentes caractéristiques de vos produits
- Ne faites pas de descriptions trop longues

Pour résumer, une bonne description revient à répondre à 5 questions que les consommateurs pourraient poser avant d’acheter. Et si votre description ne répond pas à toutes ces questions, quelle est la probabilité que l’internaute trouve son bonheur ailleurs… ?