Ce que le Brexit signifie pour le e-commerce en Europe

Le e-commerce anglais est une force de l’Angleterre et de l’Union Européenne également. Quelles sont les conséquences à prévoir après le retrait du Royaume-Uni de l’Union Européenne ?

Le secteur de l’e-commerce anglais est grandement international. Les chiffres du e-commerce sont bien meilleurs en Angleterre qu’ils le sont dans les autres marchés européens. Bref, l’Angleterre est une pièce maitresse du e-commerce européen.

Jusqu’à maintenant

L’UE donne accès à un marché de 500 millions de consommateurs. Et, malgré les difficultés des récentes années, il s’agit d’un marché qui croît. Grâce à l’accès illimité au marché, l’UE permet aux entreprises anglaises de concurrencer les Américains et les Chinois, qui ont une base de données clients bien plus conséquente.

L’UE donne également l’accès aux talents : la connaissance locale est primordiale pour réussir dans un secteur étranger. La liberté de circulation des talents expatriés rend possible le succès d’une entreprise anglaise sur le marché européen.

Le Brexit affaiblit ces acquis.

Les prévisions

Tout d’abord, la sortie de l’UE va ajouter des coûts. Au vu de l’absence d’accords commerciaux, les commerçants vont faire face aux droits de douane pour les biens vendus aux Européens. Idem pour les frais de livraison, qui risquent d’être plus élevés. A court terme, la dévalorisation éventuelle de la Livre Sterling rendrait les exportations anglaises moins coûteuses, mais importer des biens depuis l’Asie rendrait les stocks plus onéreux pour les commerçants.

Le Brexit pourrait engendrer des coûts supplémentaires qui auront des conséquences importantes sur les acheteurs, toujours à la recherche du meilleur tarif. Idem pour les délais de livraison qui devraient être rallongés et, ainsi, avoir un impact direct sur les ventes.

Enfin, Londres, Centre d’affaires européen, sera en danger si la libre circulation des personnes est remise en cause. Les entreprises devront se restructurer pour continuer de fonctionner.

Á prendre en compte

Tout cela n’est pas arrêté et de nombreux e-commerçants disposent d’une exportation importante hors EU. Quant aux consommateurs anglais, ils sont bien plus présents sur le marché américain, chinois et australien que sur leur propre sol.

Il existe des endroits comme la Californie par exemple, qui ont mis en place des politiques d’immigration favorisant les entreprises innovantes. Il est donc possible que le commerce électronique anglais prospère encore.

Source : Net Booster – Emmanuel Arendarczyk